Skip to main content Skip to search Skip to search

Biography & Autobiography Lawyers & Judges

Deux grandes dames: Bertha Wilson et Claire L’Heureux-Dubé à la Cour suprême du Canada

Les deux premières femmes à la Cour suprême du Canada

by (author) Constance Backhouse

Publisher
Les Presses de l'Universite d'Ottawa
Initial publish date
May 2021
Category
Lawyers & Judges
  • Paperback / softback

    ISBN
    9780776636689
    Publish Date
    May 2021
    List Price
    $39.95
  • eBook

    ISBN
    9780776636719
    Publish Date
    May 2021
    List Price
    $29.99
  • Hardback

    ISBN
    9782760335660
    Publish Date
    Aug 2021
    List Price
    $59.95
  • Paperback / softback

    ISBN
    9782760335653
    Publish Date
    Aug 2021
    List Price
    $39.95

Add it to your shelf

Where to buy it

Description

Bertha Wilson et Claire L’Heureux-Dubé ont été les premières femmes juges à la Cour suprême du Canada. L’une représentait le Canada anglais, l’autre le Québec. De milieux et de tempéraments opposés, les deux femmes ont affronté des défis similaires. Leurs nominations judiciaires dans les années 1980 ont ravi les féministes et bousculé l’establishment juridique.
Constance Backhouse plonge ici au cœur des obstacles sexistes que les deux femmes ont affrontés en éducation, en pratique du droit et dans les cours de justice. Elle explore les divers moyens que celles-ci ont utilisés pour les surmonter, de même que les décisions marquantes qu’elles ont prises pour défendre les droits des femmes et leur traitement mitigé de la question raciale.
Explorer les vies et les carrières de ces deux pionnières, c’est s’aventurer dans un monde de sexisme légal appartenant à une époque passée. Quand L’Heureux-Dubé a voulu s’inscrire à la Faculté de droit de l’Université Laval (défiant ainsi son père), un fonctionnaire de l’université lui a répondu que le droit était une discipline « réservée aux hommes ». Quand Bertha Wilson est entrée à la Faculté de droit de Dalhousie University, le doyen lui a suggéré de « retourner à la maison et se mettre au crochet ».
Rappeler leurs efforts que ces deux femmes ont déployés pour naviguer dans une tempête de sexisme révèle les fondements des inégalités de genre dans notre passé. La question est maintenant : quelle part de ce sexisme a été relégué aux poubelles de l’histoire et quelle part continue de nous hanter “
Publié en français.

About the author

Constance Backhouse is a professor of law, distinguished university professor, and university research chair at the University of Ottawa. She obtained her B.A. from the University of Manitoba (1972), her LL.B. from Osgoode Hall (1975), and her LL.M. from Harvard Law School (1979). She was called to the Ontario Bar in 1978. She teaches feminist law, criminal law, human rights, and labour law. She is the author of many award-winning legal history books, including Petticoats & Prejudice: Women and Law in Nineteenth-Century Canada (1991), Colour-Coded: A Legal History of Racism in Canadian Law, 1900–1950 (1999) and The Heiress vs. the Establishment: Mrs. Campbell's Campaign for Legal Justice (2004). She received the Law Society Medal in 1998 and an Honorary Doctorate from the Law Society of Upper Canada in 2002. She has served as an elected bencher of the Law Society from 2002. She became a fellow of the Royal Society of Canada in 2004.

Constance Backhouse's profile page

Excerpt: Deux grandes dames: Bertha Wilson et Claire L’Heureux-Dubé à la Cour suprême du Canada: Les deux premières femmes à la Cour suprême du Canada (by (author) Constance Backhouse)

“Two women sat quietly together around a side table in a sparsely furnished office in the Supreme Court of Canada. Wilson had been appointed to the Supreme Court in 1982, the first woman in the Ottawa court’s 107-year history. Claire L’Heureux-Dubé followed in 1987. The two were reflecting upon what it meant to set toe in the sacrosanct circle restricted for generations to men. “We have to prove ourselves every time,” L’Heureux-Dubé remembered Wilson saying, “even at this court.” It was not a false warning, as time would soon tell.”

Other titles by Constance Backhouse