About the Author

Jimmy Thibault

Jimmy Thibeault est professeur adjoint au Département des études françaises de l’Université Sainte-Anne, où il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et francophones. Il enseigne les littératures acadienne, québécoise, franco-ontarienne et francophone de l’Ouest. Il a récemment fait paraître Des identités mouvantes : se définir dans le contexte de la mondialisation (Nota bene, 2015).

Books by this Author
Les littératures franco-canadiennes à l’épreuve du temps
Excerpt

Écrire en contexte minoritaire au Canada depuis plus de 400 ans
Lucie Hotte, Université d’Ottawa et  François Paré, Université de Waterloo
Les littératures de l’exiguïté, dont font partie les ensembles littéraires franco-canadiens1, restent fascinées par les sémantiques de l’espace2. Elles en oublient leur longue histoire et renoncent, par là, aux riches taxonomies liées au passé collectif et à la mémoire, tant elles s’entêtent à coïncider avec les territoires imaginés, géographiques et identitaires, où elles s’inscrivent. Par ailleurs, se contentant parfois de mimer son objet d’étude, la critique en milieu minoritaire se range volontiers derrière cette curieuse fascination pour l’espace, de sorte qu’elle réduit bien souvent les corpus pressentis à une série de repères contemporains qui constituent leur seul mode d’être. Semblant relever d’un présent perpétuel, ces littératures jouent ainsi à s’exclure elles-mêmes d’un important processus de consécration littéraire qui se fonde normalement, selon Pascale Casanova, sur le temps long et la perpétuation cumulative des oeuvres :
L’ancienneté est un élément déterminant du capital littéraire : elle témoigne de la « richesse » – au sens du nombre de textes – mais aussi et surtout de la « noblesse » d’une littérature nationale, de son antériorité supposée ou affirmée par rapport à d’autres traditions nationales et, par voie de conséquence, du nombre de textes déclarés «classiques» (c’est-à-dire échappant à la rivalité temporelle) ou «universels» (c’est-à-dire libérés de tout particularisme)3.
Dans ce contexte, il ne faut guère s’étonner que la recherche portant sur les littératures franco-canadiennes ait été marquée depuis quelques décennies par certaines carences fondamentales, notamment en ce qui concerne leur historiographie et leur statut symbolique dans l’économie du temps. À cette déficience au sein de l’histoire littéraire franco-canadienne, notre ouvrage entend justement répondre en conférant une profondeur historique aux riches corpus pouvant constituer ces littératures sur le plan paradigmatique. Il ne s’agira donc ni d’inventorier les oeuvres du passé ni de dresser leur histoire, puisque certains chercheurs ont déjà produit des travaux éclairants quoiqu’encore trop fragmentaires dans ce domaine. Par ce volume, nous souhaitons plutôt retracer l’évolution de ces corpus au cours des quatre siècles d’histoire littéraire au Canada francophone, formuler les enjeux déterminants auxquels ils sont confrontés et dresser l’itinéraire des grandes questions qui continuent de les hanter à l’heure actuelle. Ce livre a donc comme visée globale d’ancrer la production contemporaine dans la longue durée, tout en privilégiant la période plus féconde d’après 1970.

close this panel
Show editions
close this panel

User Activity

more >
X
Contacting facebook
Please wait...